La fonte à la cire perdue

 

En bijouterie traditionnelle, la fonte à la cire perdue est utilisée pour faire de la série. Les bijoutiers fabriquent une pièce puis commandent au fondeur un moule et lui demandent un tirage de 100, 500,... pièces en cire que le fondeur coule ensuite dans le métal voulu.

Cette technique ancestrale est aussi bien connue des artistes sculpteurs. En effet, ils sculptent leur matériau de prédilection : terre, plâtre, plastiline, ... puis demandent au fondeur de couler leurs sculptures en bronze. C'est ainsi qu'on a les sculptures en bronze de Rodin, ou celles de Giacometti... C'est comme ça que je conçois mes bijoux. Ce sont des pièces uniques. Je ne fais pas de moule. Comme le sculpteur fait transformer sa terre en bronze, je fais appel au fondeur pour transformer ma cire en argent massif, en or, ...

 

La fonte à la cire perdue, comment ça se passe ?

 

- Création de la maquette en cire -

On utilise plusieurs types de cire selon le résultat voulu.

Les bijoutiers traditionnels utilisent une cire dure : pour la mettre en forme, il faut la sculpter à l’aide d’outils spécifiques, scie, compas, limes, papiers abrasifs, ...

J’utilise de la cire dentaire en plaque, du fil de cire que je vais travailler à la main et avec un fer à souder. Cela donne un style sinueux fait d’aspérités, d’irrégularités, caractéristique de mon travail. 

La cire se présente en plaques, bleues ou roses, ou en fil de différents diamètres.
Différentes formes de cire en plaque et en fil

 

- La fonte à la cire perdue -

1. Montage des maquettes en cire sur un axe vertical

On prend toutes les maquettes en cire que l'on veut couler, on leur fixe des tiges en cire. On fixe ces tiges, ces "jets" le long de l'axe central, lui aussi en cire. 

 

On fixe à chaque maquette au moins un jet de cire.
On place l'arbre en cire ainsi créé dans un cylindre en acier perforé. On choisit le cylindre adapté selon la taille des pièces à couler.

2. Mise en plâtre
Une fois l'arbre placé, on fait couler un mélange de plâtre réfractaire et d'eau (40%) dans le même cylindre, dans une machine sous vide pour que le mélange plâtre-eau s’insère dans les moindres recoins et interstices de l’arbre en cire. C'est la mise en plâtre. Puis, on attend que cela sèche. Cela prend plusieurs heures. 

 

3. La fonte de la cire

Le plâtre est sec. On place alors le cylindre retourné - en réalité les cylindres, parce qu'on rentabilise l'énergie folle utilisée - dans un four à 800°C. À cette température, la cire fond (je rappelle que la technique s’appelle fonte à la cire perdue) et s’écoule par le fond du cylindre. Le plâtre reste. J'ai personnellement déjà essayé de refermer la porte du four. Eh bien, même en y allant de tout mon poids, pieds décollés du sol, je ne l'ai pas fait bouger d'un poil ! et pendant ce temps, accrochée à la porte, j'ai pu sentir ce que ça faisait d'être proche d'une source de chaleur de 800°C...

4. La coulée du métal en fusion dans le cylindre
L'arbre en cire a fondu. Il ne reste donc que son empreinte dans le plâtre du cylindre. C'est le moment de faire fondre le métal, et de le verser, à l'état liquide dans le cylindre remis à l'endroit. Le métal en fusion va donc prendre exactement la place de la cire qui a disparu du cylindre. Les pièces en cire sont ainsi devenues des pièces en bronze, en argent, en or, en platine... 

 

5. Décochage et nettoyage des bijoux coulés

La fonte est terminée. On produit un choc thermique pour enlever le plâtre (décochage) puis on fait un bain de dérochage pour enlever les traces d’oxydation sur le métal coulé (qui a pris la forme de notre ancien arbre en cire, donc). L’arbre en métal est libéré du cylindre. Les pièces maintenant en argent, en or, en platine, en bronze, selon le métal en fusion que l'on a versé dans le cylindre... sont détachées de l’axe vertical. 

 

- Ciselure, polissage des pièces, fixation des pierres -

C'est ainsi que l'on passe de ça à ça : 

 

Les pièces brutes en argent sont d’une couleur blanche et mate. A l’aide d’un outil à moteur suspendu ou de style Dremel, on corrige, cisèle, polit les pièces pour leur donner leur rendu final.

Grâce à cette technique de fonte à la cire perdue, on peut utiliser des matières organiques comme des feuilles d’arbre, ou des tissus comme de la dentelle qui seront transformés en métal tout en ayant conservés exactement leur forme initiale. 

Si vous aussi, vous aimez les végétaux et que vous souhaitez pouvoir porter en bijou la feuille, la fleur, l'écorce de votre arbre préféré...

n'hésitez pas à me contacter.